Archives pour la catégorie outil seo

Capture d'écran 2015-03-30 11.50.09

Timeline de backlinks : obtenez la liste des derniers liens créés sur un mot-clé

Pour la première fois, SEObserver permet ce qu’aucun autre outil ne permettait jusqu’alors : surveiller à un seul et même endroit l’activité en netlinking d’un grand nombre de concurrents sur une SERP : la « Backlinks Timeline »

Comment prendre le pouls d’une requête ?

S’intéresser à une requête sur Google peut être fait de différentes manières :

  • soit en regardant ses propres rankings et ceux d’un ou deux concurrents (approche active, lorsqu’on sait déjà avec qui on veut se benchmarker),
  • soit en analysant les rankings historiques sur la requête entière, pour voir qui a progressé et qui a disparu (approche passive, pas besoin de désigner explicitement des concurrents, l’information remonte automatiquement à soi) : les outils pour faire cela sont essentiellement SEMrush avec un compte guru à 150$/mois (20 premiers résultats, 6M de mots-clés) ou SEObserver (130 premiers résultats, 50K mots-clés)
  • soit, et c’est une chose qui est inconnue du grand public mais que les experts en R&D et certains black hat appliquent dans les secteurs concurrentiels, s’intéresser à la stratégie en netlinking des concurrents sur la requête pour voir immédiatement ce qui se passe, avant même que le site n’ait commencé à monter dans Google.

Cette dernière méthode est très puissante, mais inconnue ou alors appliquée de manière chronophage avec les outils actuels sur le marché : on va analyser chacun des concurrents, manuellement, et généralement on abandonne au bout du 5ème ou du 6ème… Et on oublie les 95 autres premiers sur la requête qui sont parfois tout aussi importants.

Pourtant, le besoin existe et on souhaite pouvoir prendre le pouls d’une requête, et regarder les derniers changements qui sont opérés dans le microcosme des concurrents immédiats. Il est en effet parfois intéressant de faire une analyse très rapide pour comprendre « ce qui se trame » sur une requête, sans pour autant vouloir décortiquer la stratégie de chacun des concurrents présents sur la SERP.

Au royaume des aveugles, les borgnes sont(-ils vraiment?) rois

Ce qui manque cruellement aux rapports mensuels que les SEO livrent à leur client (ou leur patron), c’est la compréhension de l’écosystème de leur site.

Livrer un rapport SEO mensuel, en présentant seulement ses propres positions, sans prendre en compte l’évolution de la stratégie des concurrents, c’est livrer un rapport borgne : vous ne voyez que votre site, et vous ne voyez pas qu’à côté, un concurrent situé en page 5 est en train de se livrer à une campagne massive de netlinking, ou que le concurrent juste en-dessous de votre site vient d’obtenir un énorme backlink d’un gros blogueur, qui aurait aussi pu vous mentionner.

Avec le délai grandissant de prise en compte des backlinks dans les rankings (un backlink met 1 à 3 mois pour donner son plein effet), détecter très tôt les nouveaux backlinks est devenu absolument vital. Si vous vous réveillez une fois que votre concurrent vous a dépassé, vous avez déjà mécaniquement 1 à 3 mois de retard à rattraper !

Que sont en train de faire mes concurrents ?

Les rankings sont un symptôme, et s’intéresser seulement à un site quand il est en page 1 est souvent trop tard, et c’est analyser ses concurrents avec un rétroviseur. Il faut surveiller les signaux faibles et surveiller attentivement les efforts qu’il est en train de déployer notamment en termes de netlinking. Mais surveiller les 100 premiers sites est impossible avec les outils que la plupart d’entre nous possède.

Constat cruel : aujourd’hui, ni Majestic, ni Moz, ni Ahrefs ne vous permettent de connaître en 3 clics la liste des derniers backlinks créés sur une requête. Et ils ne le pourront d’ailleurs jamais, car ils ne monitorent pas les SERPs mais vous fournissent du pétrole brut, les backlinks, à vous de les raffiner et les transformer en essence à injecter dans votre véhicule SEO.

La nouveauté SEObserver : la timeline de backlinks sur votre requête

Dans une obsession d’efficacité, pour comprendre l’essentiel et le suffisant en termes de SEO, nous avons sorti une nouvelle feature dans le Labs : la « Backlinks Timeline ».

Capture d'écran 2015-03-30 11.50.09

A la manière de Twitter, nous vous faisons apparaître la liste des nouveaux backlinks créés dans les 90 derniers jours pour une requête Google en particulier. Et mieux, vous pouvez choisir quel site vous voulez « follower » : rien ne me sert de connaître les derniers backlinks de wikipédia par exemple, ou d’un .gouv.fr, je peux donc l' »unfollow » et me concentrer sur les autres sites.

Egalement, je peux vouloir connaître les derniers backlinks d’une URL en particulier (pour les gros sites) ou bien d’un site en entier si le site est petit.

SEObserver vous fait évoluer d’une vision ‘analytique’ à une vision globale, d’une vision « site par site » à une vision « requête », d’une vision « rankings » à une vision « ranking factors » et d’une vision rétroviseur à une vision jumelles.

L’intérêt pour les éditeurs de site ? Comprendre immédiatement ce qui se trame sur une requête et prendre les meilleures idées de chacun des concurrents, même ceux qui sont mal placés mais qui vont vite le rattraper.

L’intérêt pour les agences et les consultants SEO ? Il est désormais possible de se distinguer des rapports classiques qui les rendent interchangeables avec une autre agence, grâce à de la data nouvelle et permettant d’influencer la stratégie SEO en fonction de ce qui fonctionne en termes de netlinking. Le concurrent de votre client sort un rapport ou un outil en ligne ? Vous pouvez immédiatement connaître les retombées en matière de netlinking.

Voici quelques exemples de rapports que vous pouvez générer :

Pour obtenir cela hors SEObserver, vous devriez avoir au minimum un compte Majestic à 299,99€/mois (pour avoir l’accès à l’API) et un moyen d’une manière ou d’une autre pour avoir le suivi des concurrents sur un outil de suivi de positions classique.

Cette fonctionnalité est immédiatement disponible pour tous les abonnés, dans l’onglet Labs.

A tout de suite.

Dans le prochain épisode nous vous présentons comment nous révolutionnons définitivement le disavow (ceux qui étaient au SEO Camp’us peuvent en témoigner, les choses ne seront plus jamais comme avant).

Capture d'écran 2015-03-24 15.03.40

Analyse des Top Pages, ou comment SEObserver transforme le pétrole en essence

SEObserver utilise les API de SEMrush et de Majestic pour fonctionner, qui produisent de la très bonne donnée brute (du pétrole), mais qui n’est pas forcément très pratique à utiliser, à cause d’interfaces ou de rapports peu efficaces. Nous transformons ce pétrole en donnée raffinée (essence) immédiatement exploitable et permettant de prendre des décision en quelques minutes alors qu’elles prendraient des heures sans SEObserver. Voici un cas concret.

Avec SEObserver, vous pouvez désormais sortir des données ultra-pertinentes au niveau de la compréhension de la stratégie de vos concurrents. Vraiment. Pour vous le prouver, je vais prendre plusieurs cas concrets à travers l’étude de sites existants.

La liste des mots-clés : sur quoi le site se positionne déjà ?

La première des choses lorsqu’on fait un audit SEO qui prend en compte le contexte, c’est de faire une recherche de mots-clés. On part généralement des concurrents que l’on connaît et on essaie de découvrir les mots-clés sur lesquels ils sont positionnés. Ou bien on regarde tout simplement son propre site internet et on regarde sur quels mots-clés on ressort bien/moyennement/pas bien et on renforce si nécessaire en fonction du potentiel de trafic.

Lorsque vous faîtes votre recherche de mots-clés sous SEMrush, et que vous demandez un export ou un rapport, vous vous retrouvez avec une immense liste de mots-clés qui n’en finit plus. Impossible pour vous de prendre de bonnes décisions facilement. Généralement, vous vous concentrez sur le haut du tableau (les plus « gros » mots-clés, ceux qui contiennent une colonne Trafic élevée) puis vous scannez visuellement le reste de la liste, très rapidement, afin d’identifier des mots-clés faciles à distinguer, mais en faisant cela, vous risquez de passer à côté de l’essentiel.

Pour faire simple, un rapport mots-clés SEMrush, ça ressemble à ça :

Conclusion : on voit une grosse liste de mots-clés et on comprend en un clin d’oeil que lesacados.com récupère beaucoup de trafic sur la requête « couchsurfing » alors que webmarketing-com récupère du trafic sur « webmarketing » et « charte graphique ». Pour le reste, il faut décortiquer mot-clé après mot-clé, et là, mieux vaut être patient et méticuleux. C’est notre premier problème.

Le linking interne : quelles pages reçoivent le plus de jus ?

Majestic, quant à lui, ne fournit tout simplement aucune donnée liée aux rankings, ce n’est pas son rôle. Par contre, il fournit des informations de linking très intéressantes qui permet de regarder la manière avec laquelle le jus en interne circule sur le site (le Trust Flow), et également (et surtout) des données en termes de linking externe. En somme, l’avantage d’afficher le Trust Flow interne du site, à l’échelle de la page, permet de s’économiser un crawl du site pour repérer les pages les plus fortes d’un point de vue SEO.

L’autre avantage d’utiliser Majestic dans cette phase est de voir comment le site est linké de l’extérieur. Est-ce que l’essentiel des liens pointe vers la home ? Ou existe-t-il des pages internes fortes ?

Trop souvent, lors d’une analyse onsite classique, on part du paradigme « homepage = page la plus puissante » puis on regarde le degré d’éloignement de toute page depuis la home. C’est très souvent vrai mais pas toujours, le contre-exemple flagrant étant mattcutts.com vs mattcutts.com/blog/, cette url profonde étant environ 300 fois plus linkée que la home.

Capture d'écran 2015-03-24 14.36.41

Linking vers la page interne mattcutts.com/blog/

Capture d'écran 2015-03-24 14.36.21

Linking vers la home de mattcutts.com

Entre ces 2 extrêmes (un site qui reçoit tout sur la home et un site qui reçoit tout sur une page interne), il existe une 50aine de nuances (de greyhat?).

Malheureusement, Majestic ne fournit pas de rapport à proprement parler : seulement un extract de fichier excel, libre à vous de le trier pour en sortir la data pertinente. Voilà notre deuxième problème.

Du coup, on se retrouve avec de la donnée imparfaite, à l’état très brut, et difficilement exploitable.

« Oui mais avec Excel… » oh pitié avec Excel. Oui, les tableaux croisés dynamiques sont très puissants, c’est d’ailleurs ces derniers qui m’ont permis d’imaginer les rapports top pages que vous allez découvrir en-dessous, mais en mode décision rapide ou avant-vente, ce genre de rapports est extrêmement ch ennuyeux à concevoir.

L’aspect social : quel contenu a le plus de succès ?

Il y a également un élément qui n’est couvert par aucun de ces deux outils : l’aspect social. Pour les sites qui ont beaucoup de contenu, il peut être intéressant de voir quels sont les contenus qui ont le plus « buzzé » afin d’avoir une vision hors SEO, et surtout de comprendre si les partages sont essentiellement de type twitter (professionnel, sérieux, pertinent) ou facebook (lol, photo et insolite).

Pour l’instant, les seuls outils à ma connaissance sont soit du homemade, soit des outils qui ne regroupent pas l’intégralité de ces data au même endroit.

L’arme fatale : SEObserver

Lors d’un audit SEO rendu à un client récemment, je me suis dit qu’il serait bien d’avoir toutes ces données dans un même tableau histoire d’avoir une vision laser de ce qui marche sur son site et également celui des concurrents.

Comme je l’ai expliqué, SEObserver est un outil par les SEO pour les SEO, poussé par les demandes d’ajout de feature et les besoins qu’ont au quotidien les consultants. C’est en quelque sorte mon « tool perso » que j’ouvre aux autres.

Du coup, si j’ai moi-même rencontré ce besoin, je me suis dit que les autres devaient également avoir ce besoin.

Du coup, ni une ni deux, ma team de développeurs et moi-même avons bossé d’arrache-pied pour vous sortir un tableau unique sur le web, et le résultat est le suivant :

Capture d'écran 2015-03-24 15.03.40

Vous avez pour chaque url :

le sous-domaine en bleu ciel (pratique pour isoler le ranking en fonction du sous-domaine)

  • l’url (path) en vert
  • le titre
  • le total des réseaux sociaux (icone noire)
  • les partages twitter
  • les partages facebook
  • le nombre de domaines référents
  • le trust flow
  • le nombre de mots-clés semrush
  • le volume des mots-clés semrush (attention il ne s’agit pas du volume que le site reçoit, mais bien des volumes mensuels pour chaque mot-clé sur lequel l’url ranke, je vais détailler pourquoi)

Ensuite à l’aide de quelques filtres, il suffit de faire les rapports suivants :

Avec un même tableau, vous pouvez vous amuser à tourner la data dans tous les sens et sortir, si vous voulez, un rapport de 74 pages juste sur l’étude des mots-clés d’un seul concurrent.

Continuons à nous amuser et regardons le rapport mots-clés pour lesacados.com, blog tour du monde :

Ou encore ses contenus qui ont le mieux marché sur les réseaux sociaux :

Ou encore les contenus qui ont le plus buzzé sur topito.com :

Alors histoire que tout soit clair : ce type de rapport est unique sur le marché, vous ne trouverez aucun autre outil qui combine autant les données linking + social + url. En ce qui me concerne, la recherche de sujets éditoriaux et de mots-clés est définitivement métamorphosée grâce à SEObserver, je ne peux plus m’en passer pour mon travail de consultant.

Vous avez remarqué ? J’ai délibérément laissé « votre logo ici » en haut à gauche pour vous montrer qu’à la place de ce logo jpg laid, il pourrait y avoir celui de votre agence.

Autre détail important avant d’oublier : tous les autres outils vous proposent de connecter votre compte SEMrush ou Majestic, ce qui implique que vous devez payer un abonnement à chaque solution. Nous, nous avons choisi une voie radicalement différente : nous vous fournissons cette donnée. Cela a une implication très concrète. Si vous payez un abonnement SEMrush (69$) et Majestic (54€) / Ahrefs (79$), ce qui vous faît un budget grosso modo de 123$ à 148$ par mois, vous pouvez tout résilier et passer uniquement chez nous si vous n’avez pas besoin de fonctions très spécifiques à ces outils.

What’s next?

Promis, dans le prochain article, on vous montre comment on révolutionne le disavow et comment on règle définitivement la question du NSEO grâce à un bouclier antimissile.